Le procès de l’ “avorteur” Aristide Lapeyre en 1973, figure de l’anarchisme bordelais (par Jules Faucher)

Certains militants anarchistes bordelais sont très impliqués personnellement dans les organisations libertaires et dans le militantisme courant. Ils constituent les moteurs de ces milieux tant par leurs capacités intellectuelles que par leur énergie militante. Dans le premier tiers du XXe siècle, le militant Sébastien Faure fut le visage connu et agrégeant de l’anarchisme français puis girondin. À sa suite, une personne se dissocie du nombre par son charisme et son aura fédératrice : Aristide Lapeyre. Élève politique de Sébastien Faure, il connaît des trajectoires militantes similaires notamment dans son rapport à la pédagogie libertaire. Il n’est question ici que de la fin de sa vie mais la procédure judiciaire dont il est sujet révèle l’étendue des liens qui entourent cette figure, comme un bilan de parcours.

Une reconnaissance de longue date par ses pairs politiques

Avant de s’attarder sur l’épisode du procès d’Aristide Lapeyre, soulignons quelques moments clés de sa vie pour comprendre l’envergure politique du militant. Selon une estimation, il aurait réalisé près de 390 allocutions ou conférences publiques entre 1929 et 1971 dans toute la France, principalement pour le compte de la Libre-Pensée1. Au moment de la révolution espagnole de 1936, il se rend en Espagne en tant qu’observateur et militant. Il gardera des liens étroits avec l’anarchisme espagnol en exil. Après avoir traversé la Seconde Guerre mondiale en partie comme clandestin et prisonnier, il est l’un des acteurs de la reconstruction de la Fédération Anarchiste (F.A.) française et du Monde Libertaire. Il est aussi à l’origine entre autres de la création du local 7 rue du Muguet à Bordeaux, l’Athénée Libertaire, au début des années 1960. À la suite des évènements politiques internationaux de 1968, Aristide Lapeyre est désigné comme l’un des quelques délégués de la F.A. française envoyés au congrès international de Carrare (Italie), organisé par l’Internationale des Fédérations Anarchistes (I.F.A.)2.

Que ce soit dans le temps ou l’espace, Aristide Lapeyre s’investit dans de multiples cercles militants et participe à des évènements d’une grande importance pour la vivacité des idées libertaires. Dans le militantisme courant, certains témoignages de militants confirment déjà le statut particulier d’Aristide Lapeyre dans ces sphères politiques. D’abord comme agitateur de l’esprit critique : Joachim Salamero confie que, comme bien d‘autres, c’est par le biais d’Aristide Lapeyre et de ses conférences publiques qu’il a adhéré aux idées libertaires et à la Libre-Pensée3. Des rites sociaux identifiés renseignent également le statut du militant dans les milieux bordelais : les jeunes anarchistes devaient se faire coiffer au moins une fois par les frères Lapeyre à leur salon de coiffure, 44 rue de la Fusterie pour être en quelque sorte inclus dans les milieux libertaires4. Les militants indiquant qu’Aristide Lapeyre était médiocre coiffeur, cette pratique tient plus d’un bizutage bienveillant que d’un rituel sérieux institué. Ces quelques exemples anodins soulignent que l’expérience militante et la vigueur intellectuelle d’Aristide Lapeyre sont les deux principaux éléments de la reconnaissance par les pairs à l’échelle régionale, nationale et internationale.

Le procès de « l’avorteur » : un débat national favorable

Le 14 juin 1973, Aristide Lapeyre est appelé à comparaître à la cour d’Assises de Bordeaux pour avortement clandestin ayant entraîné la mort de la bordelaise de 21 ans Jeanine Miqueau. Mère d’un enfant de neuf mois, elle se retrouve à nouveau enceinte en octobre 1971 et décide de se faire avorter. Elle entre alors en contact avec Mme Thiriet, trois fois avortée par Aristide Lapeyre, qui la met en contact avec le militant et prête son logement pour les manœuvres. La première manœuvre abortive du 29 octobre 1971 n’ayant pas fonctionné, Aristide Lapeyre renouvela l’opération le 6 novembre 1971. L’injection provoqua une embolie gazeuse intra-cardiaque et la patiente décéda. Son mari porta plainte et Aristide Lapeyre fut inculpé de coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Outre les dommages et intérêts en faveur de la famille de la défunte, Aristide Lapeyre est condamné le 19 juin 1973 à une peine de cinq ans de prison ferme à l’âge de 74 ans puis emprisonné5.

Aristide Lapeyre était connu dans les milieux militants pour ses avortements clandestins et ses actions néo-malthusiennes. Il avait déjà été inquiété en mars 1935 dans l’affaire des stérilisés de Bordeaux pour des faits de vasectomies. Il fut remis en liberté en juillet 1935 après quelques mois de détention6.

Il se servait de ces manœuvres pour aider gratuitement les camarades militants ou ouvriers qui faisaient appel à ses services. Il faisait payer les autres demandeurs, dont certaines familles catholiques, et réinjectait l’argent gagné dans le militantisme. Une partie de l’apport de départ pour l’achat du local rue du Muguet proviendrait de cette activité7. L’accident de 1971 est le seul incident qu’a connu Aristide Lapeyre dans sa longue activité d’avortement clandestin qui dura 50 ans. Le néo-malthusianisme consiste à limiter le nombre des naissances en prônant l’usage de procédés contraceptifs ou abortifs, pour les hommes comme pour les femmes. Il est porté par les milieux anarchistes français dès la fin du XIXe siècle en opposition aux politiques natalistes prônées par l’idéologie bourgeoise, patriotique et industrielle préparant la revanche sur l’Allemagne. Aussi, est-il un moyen militant pour libérer les femmes de leur destin de mère : le contrôle de leur corps est un pas supplémentaire vers l’émancipation. Les anarchistes, dont Aristide Lapeyre, constitue une avant-garde dans le processus de légalisation du droit à l’avortement. Ce procès devient une tribune médiatique, une dernière (ir)révérence pour l’avorteur clandestin.

Aristide Lapeyre est condamné en 1973, soit deux ans avant la loi Veil de janvier 1975 qui légalise l’Interruption Volontaire de Grossesse (I.V.G.). Par son activité militante clandestine comme par l’écho de son procès, Aristide Lapeyre alimente les débats publics en faveur de la légalisation d’une pratique à laquelle de nombreuses femmes ont recours de manière clandestine. Ce procès connaît une large mobilisation car il s’inscrit aussi dans une période médiatique propice au débat sur le sujet de l’avortement : la contraception est légalisée en 1967, le Manifeste des 343 est publié en 1971, le procès de Bobigny en 1972 attise le débat public, puis peu de temps avant la condamnation d’Aristide Lapeyre, le Manifeste des 331 de février 1973 montre toute l’hypocrisie du corps médical et de l’illégalité du procédé. Les années 1960 et le début des années 1970 représentent un véritable point de bascule en faveur de la légalisation de l’I.V.G. et les anarchistes, sans avoir le monopole des pratiques abortives, en sont une des dynamiques les plus anciennes.

« L’anarchiste au grand cœur » : mobilisation et unité dans le militantisme

Au cours du procès, plusieurs témoins à décharge ou témoins de moralité en lien avec le militantisme de l’accusé interviennent à la barre pour défendre leur camarade. Federica Montseny intervient en qualité d’ancienne ministre de la santé publique en Espagne, Alexandre Hébert en tant que secrétaire de l’Union Départementale Force Ouvrière (F.O.) de Loire Atlantique, Georges Martron aussi comme président de la fédération girondine de la Libre-Pensée et président de sa mutuelle nationale, Georges Fumé fait partie de ce groupe en fonction de secrétaire départemental du Syndicat National des Instituteurs en Gironde, et enfin Joachim Salamero en tant que secrétaire de l’école rationaliste bordelaise Francisco Ferrer8. Les fonctions des témoins de moralité résument à elles seules les principales implications militantes des milieux libertaires bordelais au début des années 1970 : la Libre-Pensée, l’anarcho-syndicalisme, le milieu de l’éducation populaire et institutionnelle laïque, l’anarchisme espagnol en exil.

Avant comme après l’énoncé du verdict du procès, une vaste campagne de solidarité s’organise sous l’impulsion des groupes de la F.A., de la Libre-Pensée nationale et de la Ligue des Droits de l’Homme pour faire libérer Aristide Lapeyre. Tout s’accélère peu de temps après son incarcération en juillet 1973 car il est victime d’une attaque hémiplégique. La campagne de solidarité met alors la pression sur les pouvoirs publics pour obtenir une grâce médicale du prisonnier. Un Comité de Défense pour Aristide Lapeyre a été constitué autour du procès de l’inculpé. Il regroupe principalement toutes les organisations pour l’avortement libre et gratuit. Une large rencontre est décidée à la fin du mois de juin 1973 entre plusieurs collectifs et mouvements politiques : le Mouvement Libertaire (qui regroupe les anarchistes du sud-ouest), Choisir, le Planning Familial, la C.F.D.T., le P.S., Lutte Ouvrière, les groupes maoïstes, le Groupe Information Santé, le Mouvement pour la Liberté de l’Avortement et de la Contraception, l’Alliance Marxiste Révolutionnaire, le Mouvement de Libération de la Femme, le P.S.U. Ce comité a également le soutien de la Ligue des Droits de l’Homme, de la confédération F.O., de l’Alliance des Syndicalistes Révolutionnaires et Anarcho-Syndicalistes (A.S.R.A.S.), de l’Organisation Communiste Internationaliste9.

Le secrétaire général de F.O. André Bergeron envoie une lettre au ministre de la Justice M. Taittinger. Il définit aussi clairement la position de F.O. dans un article du Monde « M. André Bergeron prend la défense d’un militant libertaire »10. Le regroupement pour défendre Aristide Lapeyre indique alors que le militant est une figure fédératrice et ce contexte si particulier et favorable réalise un consensus extraordinaire dans les milieux politiques de gauche et d’extrême-gauche. Dans le même ordre d’idées, André Arru compagnon de longue date d’Aristide Lapeyre, indique qu’un autre comité de défense se constitue à Marseille à l’initiative de la fédération départementale de la Libre-Pensée des Bouches-du-Rhône dans l’intention d’effectuer une propagande commune avec le comité de défense de Bordeaux11.

Aristide Lapeyre bénéficie d’une grâce médicale à la fin de l’année 1973 mais décède quelques mois plus tard à son domicile des conséquences de l’accident hémiplégique le 23 mars 1974 à l’âge de 75 ans. Il légua son corps à la faculté de médecine.

De nombreux hommages et oraisons funèbres de plusieurs organisations ont été rédigés pour saluer la vie militante et les qualités humaines d’Aristide Lapeyre. Le procès et la fin de vie d’Aristide Lapeyre mettent en évidence le charisme du militant et l’importance qu’il a joué dans l’opposition politique et l’esprit critique à Bordeaux comme en France.

Hommage, pratiques & sacralisation posthumes

De la même manière que pour Sébastien Faure, les militants libertaires réalisent des formes d’hommages multiples pour célébrer la mémoire de la figure disparue. Pour Sébastien Faure, une association Les Amis de Sébastien Faure avait été constituée à échelle nationale. Au niveau local, à l’initiative de la Libre-Pensée girondine et du groupe Sébastien Faure de Bordeaux, la tombe de Sébastien Faure située à Royan est restaurée en 1993 et une plaque en marbre noir reprenant l’épitaphe d’origine fut apposée : « À Sébastien Faure le grand orateur libertaire et libre penseur, ses compagnons d’aujourd’hui pour ceux de demain, 14 juillet 1942 »12.

Si rien n’indique que la tombe d’Aristide Lapeyre est eue les mêmes faveurs, en 1985 l’Association des Amis d’Aristide Lapeyre est créée à Bordeaux dans la même idée que pour Sébastien Faure. Ce collectif se donne pour action principale de retracer la vie du militant et de la faire connaître. Il s’agit aussi de sauvegarder son héritage politique et intellectuel par la conservation et la valorisation si possible de ses fonds personnels (livres rares de théories politiques, plans de conférences de la Libre-Pensée, tracts, investissements dans la révolution espagnole entre autres choses). Six numéros appelés Cahiers des Amis d’Aristide Lapeyre sont publiés entre 1985 et 1991.

Un groupe libertaire nommé Aristide-Paul Lapeyre voit le jour à partir de l’année 2000 et l’on trouve sa trace à Bègles jusqu’en 2002 mais peu d’informations ont été trouvées à son sujet. Ce serait plus ou moins une suite du groupe libertaire Sébastien Faure fondé en 1951 mais rien n’est moins sûr13. Ce groupe au nom des frères Lapeyre est l’ultime forme d’hommage chez les libertaires. L’utilisation du nom d’une figure décédée reconnue – ou nécronyme – pour nommer un groupe est un procédé très courant et très symbolique dans les sphères militantes d’extrême-gauche. Aristide Lapeyre « avait assumé la succession de Sébastien Faure dont il parlait toujours avec admiration »14.

Le groupe Sébastien Faure s’était nommé en hommage à celui-ci et a pu changer de nom au profit de celui des frères Lapeyre. Si rien n’indique qu’il s’agit du même groupe, Aristide Lapeyre a acquis le même statut que son maître à penser, celui d’égérie militante et intellectuelle libertaire. En 1979, le Congrès national de la Libre-Pensée à Nantes en août 1979 rendit un hommage appuyé à Aristide Lapeyre, un de ses plus prolifiques conférenciers nationaux. Que les militants le veuillent ou non, l’utilisation d’un nécronyme sacralise le nom, la personne et la vie de l’individu en question à la manière de l’apothéose païenne antique puis catholique. Il s’agit de figer dans un temps long l’hommage public et la mémoire du mouvement libertaire, si souvent cachée sous le tapis des oubliés. L’extrapolation inviterait aussi à considérer des hommages écrits posthumes comme des hagiographies racontant des vies inspirantes et vertueuses. Entre autres, Serge Mahé écrit après sa mort « On ne pleure pas Aristide Lapeyre, on essaie de l’imiter »15. Le même procédé d’hommage par l’utilisation d’un nécronyme s’observe pour Jean Barrué, décédé en 1989. Le militant Philippe Arnaud fonde le cercle Jean Barrué en 2002 pour rendre hommage au militant qui l’a inspiré et qui a activement milité dans les milieux anarchistes bordelais et français13 Une association, les Amis de Jean, se constitue après sa mort sur le même principe que celles en faveur de la mémoire et des fonds militants d’Aristide Lapeyre et Sébastien Faure.

Aristide Lapeyre est une figure militante qui agrège et fédère autour d’elle plusieurs fractions politiques et militantes. Le cas particulier de son procès et de la fin de sa vie est l’épisode le plus éloquent sur sa capacité à bâtir des ponts entre les différents cercles militants. Le décès de cette figure marque un tournant dans le collectif humain bordelais puisqu’il s’agissait d’un des militants les plus expérimentés et les plus reconnus à Bordeaux, en France voire à l’international. Pour autant, il ne faut pas considérer Aristide Lapeyre comme la seule figure charismatique. Les différentes oraisons funèbres et hommages que nous avons pu consulter distinguent d’autres acteurs majeurs et moteurs depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale comme Jean Barrué, Gilles Durou, Marc Prévôtel, Paul Lapeyre et Joachim Salamero entre autres.

Jules Faucher est auteur d’un mémoire de master 2 d’histoire (sous la direction de Christine Bouneau) intitulé Vivement demain ! Les milieux libertaires bordelais : réseaux, générations, acteurs, lieux et pratiques (1963-2003), soutenu à l’Université Bordeaux Montaigne en 2021.

Illustration : extrait de Combat, 20 juillet 1973




Citer ce billet
Dominique Pinsolle (2022, 22 septembre). Le procès de l’ “avorteur” Aristide Lapeyre en 1973, figure de l’anarchisme bordelais (par Jules Faucher). Institut Aquitain d'Études Sociales. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/prxh

  1. SIMMAT Benoist, L’anarchisme à Bordeaux, mémoire de science politique sous la direction de Jean PETAUX, Bordeaux, IEP, 1995, p. 54. []
  2. « Aristide Lapeyre ». https://maitron.fr/spip.php?mot28 [Consulté le 10 mars 2021]. []
  3. Joachim Salamero. Entretien du 7 décembre 2020. []
  4. Esmeralda et Progrès Travé. Entretien du 19 octobre 2020 []
  5. Sud-Ouest du 20 juin 1973. []
  6. « Aristide Lapeyre ». https://maitron.fr/spip.php?mot28 [Consulté le 16 mars 2021]. []
  7. 40 ans de l’Athénée Libertaire, 17 mai 2003. Images et montage par Jean-Pierre Ramine. []
  8. Joachim Salamero. Entretien du 7 décembre 2020. []
  9. Courrier du 28 juin 1973 de la fédération de Gironde du P.S.U. Avortement – Contraception. Fonds de l’Athénée Libertaire. []
  10. « M. André Bergeron prend la défense d’un militant libertaire », Le Monde, 18 juillet 1973. []
  11. Courrier du 3 juillet 1973 de la fédération départementale de la Libre-Pensée des Bouches-du-Rhône. Avortement – Contraception. Fonds de l’Athénée Libertaire. []
  12. « Gérard Escoubet ». https://maitron.fr/spip.php?mot28 [Consulté le 3 août 2022] []
  13. Philippe Arnaud. Entretien du 21 octobre 2020. [] []
  14. « Aristide Lapeyre est mort… », L’Anarcho-Syndicaliste, n°9, avril 1974, p. 1. []
  15. Ibid. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search